Les mercaptans et les effets de l'empoisonnement aux métaux lourds (suite)



Google
Cliquer sur l'image pour consulter GOOGLE
jnacef@gmail.com
Pour expédier un courriel, cliquer dans la case gauche


Plan des pages consacrées aux mercaptans, au mercure et autres métaux lourds
Pour naviguer dans les pages cliquer d'abord sur la page à consulter, puis sur le libellé du paragraphe

page 1

page 2

page 3
page 4

I.-Les principes chimiques
des MERCAPTANS

Deux mercaptans poisons aériens:
les CH3-SH et C8H18S

Les principales sources alimentant le cycle du mercure
Dimethylmercure ou monomethylmercure dans l'Arctique?
Distribution des MMHg et DMHg
dans les régions subpolaires du Canada

Demi-vie: Un mécanisme d'accumulation et d'élimination complexe
L'alimentation et le méthylmercure
La neurotoxicité du mercure
Autisme: une nouvelle forme d'empoisonnement au mercure?
Les mercaptans et les macrophages hépatiques
II.- Mercaptans, mercure et lymphocytes T
Les mécanismes immunitaires"
A propos des moteurs de recherche

Disfonctionnement du thymus,
de la production des lymphocytes_T
et effets du mercure

L'environnement du XXIeme siecle
toujours plus de methylmercure!

Empoisonner le riz
au methylmercure?!

Europe: règlementation insuffisante
La convention de Minamata
du 10 octobre 2013

Les effets coûteux
du stress des mitochondries...

Comment les mercaptans font
dérailler la vie cellulaire
en déclenchant des allergies?

Les mercaptans et la moelle osseuse

Altzheimer:1 Français sur 4
de plus de 65ans dès 2020

III.- Maladie d'Alzheimer: origine environnementale ou opportuniste?
Cas de l'arsenic, du cadmium,
du nickel, de l'antimoine,
du mercure et du Chrome.

Cas du Cobalt et du mercure
Interrogations sur l'uranium
appauvri et le Thorium"

Mercure, cadmium,
plomb et arsenic
sur métabolisme Cystéine?

Le cuivre
Aluminium: mauvaise controverse
Manganèse
cas du fer
benzodiazepines (médicaments)
IV.- Autres désordres du métabolisme
affectant le S.N.C.

Le CIRS chronique

L'intoxication massive ou empoisonnement aérien au mercure
Atteinte du réseau vagal
Le coeur et le méthylmercure
1.- Les tachycardies
2.- Mercure et tension artérielle
3.- Les thromboses provoquées par le mercure
Comment le mercure provoque
des thromboses

L'histoire illustrée
d'une triple thrombose
associée à trois autres thrombus

Bactéries méthylisant le mercure
4.- Mercure et cadmium inorganiques:
leurs effets sur les érithrocytes

5.-Pancréas et mercure
6.-Les Reins et les métaux lourds

Plan des pages consacrées aux mercaptans, au mercure et autres métaux lourds (suite et fin)

page5

page 6

page 7, cette page
page 8

6.-Les Reins et les métaux lourds (suite)
Inventaire de l'intrusion
des métaux lourds dans les reins

Metallothioneins et Corps de Golgi
Cancer du rein, les métaux lourds
facteurs de risque

7.- Le foie et les métaux lourds

8.- La moelle osseuse et les métaux lourds
génotoxicité du chlorure de Mercure
et du diméthylmercure

Le rôle des lymphocytes
dans les défenses immunitaires

Reactive oxygen species (ROS)
ou le stress oxydatif

Du réchauffement climatique
à la destruction des vivants
via la tectonique des plaques

Réchauffement climatique:
risque d'empoisonnement de la biosphère

Tremblement de terre 2017 à Mexico
Détachement des 5800 km2 du glacier de LARSEN B
Les atteintes de la moelle osseuse
par l'environnement

Les effets du méthylmercure
sur la moelle osseuse

Le micro environnement chimique des tumeurs

IV.- Autres désordres provoqués
par les métaux lourds
9.-La moelle osseuse et les particules fines
10.-Les maladies auto-immunes générées par
le mercure et/ou le plomb

Mercure et plomb, générateurs de mastocytose
Production et effets des leukotriennes
Cadmium, Mercure, Plomb, Vanadium,
Platine, Palladium, en cause
dans la production des leukotriènes

Auto-immunité?
Secrets de fabrication et fonctions des IgA
Les risques d'un déficit sélectif d'IgA
Dégranulation = morsure de
serpent venimeux

Les effets d'une dégranulation massive
Les PM2,5 et la mortalité cardiovasculaire
11.- Comment les PM2,5 s'accumulent
dans les tissus?

12.- Le classement des poussières selon leur diamètre
Exemples de poussières fines
A.-La fumée de cigarette
B.- Monomethylmercure à l'assaut de la Californie
C.- Le monométhylmercure colonise les mers polaires
Pluies de mercure dans l'Arctique

D'autres exemples de pollutions...(suite et fin):
Comment le canada contrôle la pollution au mercure
D.- Des incendies forestiers désastreux
Alerte de la NASA: le monde en feu en 2017!
Les incendies dévastateurs au CANADA
Aux quatre coins de la planète: Au feu! Au feu!
F.-G.- Vents de sable dans le sillage d'Ophélie
G.- Effets des centrales thermiques au charbon de Duisbourg
H.- Les incinérateurs thermiques
d'ordures ménagères
I.- Echappement des moteurs à essence
J.-Echappement des Diesel
K.- Les améliorations apportées en Europe
aux carburants de moteurs thermiques

V.- Les giga-pollutions engendrées par les jets-streams
La couche limite atmosphérique
Les CAT (Clear air turbulences)
1.- Les subsidences dans la troposphère

Exemple de pollution de PARIS par CAT: celui du 1er juillet 2003
2.- Cas des nappes compactes créées par le blocage de la circulation atmosphérique
Historique des pollutions de la France du 16 au 27/01/2017
Autopsie de l'été meurtrier de 2003
L'impact en température de la canicule 2003

L'impact en température de la canicule 2003
Jet stream et pollution à l'ozone sur l'Ile-de-France
Et si les jets streams disparaissaient!?
Autopsie de l'été meurtrier de 2003
Jet stream et pollution à l'ozone sur l'Ile-de-France (été 2003)
Conséquences si les jets streams disparaissent>
Les UV et la production d'ozone en phase
Les volcans menacent la couche d'ozone
Photographie de Paris le 7 août 2003
Canicule aux USA en 2017
Les UV et la production d'ozone en phase
Où est l'ozone?
Evaluation des bilans hémisphériques de l'ozone troposphérique en 1010molécules/cm2
Les feux de forêts et le mécanisme de composition atmosphérique
Ozone and particulate matter (PM) with a global change perspective
Volatile trees'VOC
Les records de réchauffement de 2016,
pulvérisés en juillet et août 2017

Le giga ouragan Hervey
...et la rafale de cyclones KATIA, IRMA et JOSE
Les pluies engendrées par Harvey le 27 août 2017
L'Humanité à un tournant de son évolution
En 2017, les réserves annuelles que la terre peut normalement fournir étaient épuisées le 2 août
Annexe: la chelation ou la démétallisation



D'autres exemples de pollutions...(suite et fin):

D.- Comment le Canada contrôle la pollution au mercure


cliquer sur le titre pour consulter le rapport.
Sensibilisé dès 2007 par les études menées sur les pluies de mercure de l'arctique et des conséquences des feux de forêt gigantesques qui s'y propagent, le Canada est pratiquement le seul Etat du Monde ayant mis en oeuvre dès 2010 une Stratégie de gestion du risque relative au mercure qui, au demeurant contrôle les sources industrielles d'émission de mercure, dont les mesures sont détaillées dans une annexe A (Initiatives de gestion du risque existantes) qui sont réglementées par la Loi canadienne sur la protection de l'environnement adoptée en 1999. On sait que la Chine s'intéresse à la mise en place d'une prévention.
La politique canadienne de contrôle de la pollution mercurielle est fondée sur le classement par le Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE) qui classe les sources de mercure en quatre catégories : les sources naturelles primaires, les sources anthropiques primaires, les sources anthropiques secondaires et la remobilisation réémission.
On notera que le schéma du PNUE ne prend pas en considération les brumes et brouillards passant de la mer sur les terres ou continents. Or, avec le réchauffement climatique et celui des eaux marines, ces phénomènes de brouillards ne peuvent que s'accroitre. Et c'est justement cette source de réémission, non prise en compte par les experts du PNUE que nous avons fait figurer sur l'encadré ci-contre. Il est évident que l'accroissement vraisemblable de l'importance des volcans sous-marins, surtout sur la façade ouest du continent américain vont contribuer à aggraver la pollution vers la terre qui se confondra avec la pollution terrestre. On notera encore que le PNUE, dans son rapport Global Mercury Assessment 2013, constate une augmentation sensible de la pollution mercurielle dans les pays industrialisés. Pour le cas où vous ne pourriez pas télécharger ce rapport, cliquer ici.

D.- Des incendies forestiers désastreux
Les incendies qui interviennent l'été sur le littoral méditerranéen ou encore au Portugal, qui souffre également de la sécheresse alors qu'il borde l'Atlantique, apparaissent comme de petits sinistres si on les compare aux gigantesques et monstrueux incendies qui ravagent périodiquement le Canada, l'Afrique centrale (dans un bien triste dénuement), l'Inde, l'Australie... Le dernier sinistre de grande ampleur qui était intervenu au Canada dans l'Alberta, le 5 mai 2016, ravageant plus de 10.000 ha et nécessitant l'évacuation de quelque 90.000 habitants de la commune de Fort-Mac-Murray coupée en deux par le feu, est d'ores et déjà dépassé par un nouveau sinistre dont les fumées s'aventurent, en ce mois d'août 2017 jusque sur les zones polaires....(voir ci-dessous)

Alerte de la NASA: le monde en feu en 2017!
La mappemonde des incendies 2017 est arrêtée à la fin juin 2017.

Les incendies dévastateurs au CANADA
débordant sur la calotte polaire
photographiés par la NASA

Cette alerte de la NASA semble recueillir peu d'écho alors qu'elle restranscrit scientifiquement les effets du réchauffement climatique au point qu'elle pourrait servir à l'étalonner. Deux remarques s'imposent: d'une part, il existe un déséquilibre manifeste entre les deux hémisphères terrestres; d'autre part, la fréquence des incendies augmente manifestement saisonnièrement, en particulier cette année 2017, ce qui est très inquiétant.

On sait que ce genre d'incendie monstrueux dégage des particules de mercure, qui, sous l'effet des lances à eau, peut se tranformer en méthylmercure, voir en monométhylmercure. Mais pas seulement: ces incendies produisent également des particules de carbone pur non brûlés, appartenant à la famille des PM2,5 aux effets également désastreux inhibant les défenses immunitaires et renforçant donc les dégâts produits par le mercure. Une étude du bureau européen de l'Office mondial de la Santé (World Health organization)a étudié les Health effects of black carbon(Effets sur la santé des particules de carbone pures).
Aux quatre coins de la planète: Au feu! Au feu!
Technique utilisée pour la photo satellite au Groenland (commentaire de la NASA): Greenland is best known for its ice, but some remote sensing scientists found themselves closely tracking a sizable wildfire burning along the island's coast in August 2017. The fire burned in western Greenland, about 150 kilometers (90 miles) northeast of Sisimiut. Satellites first detected evidence of the fire The Moderate Resolution Imaging Spectroradiometer (MODIS) and Visible Infrared Imaging Radiometer Suite (VIIRS) on Suomi NPP collected daily images of smoke streaming from the fire over the next week. The Operational Land Imager (OLI) on Landsat 8 captured this more detailed image of the fire on August 3, 2017.
En cette année 2017, il parait impossible de dénier à ces incendies forestiers massifs le rôle d'agent du réchauffement climatique de notre planète. Et on va voir pourquoi dans la page suivante.

A partir de mesures effectuées dans diverses grandes villes européennes, voici les conclusions de ce rapport:

Conclusions: This report presents the results of a systematic review of evidence of the health effects of black carbon(BC). Short-term epidemiological studies provide sufficient evidence of an association of daily variations in BC concentrations with short-term changes in health (all-cause and cardiovascular mortality, and cardiopulmonary hospital admissions). Cohort studies provide sufficient evidence of associations of allcause and cardiopulmonary mortality with long-term average BC exposure. Studies of short-term health effects suggest that BC is a better indicator of harmful particulate substances from combustion sources (especially traffic) than undifferentiated particulate matter (PM) mass, but the evidence for the relative strength of association from long-term studies is inconclusive. The review of the results of all available toxicological studies suggested that BC may not be a major directly toxic component of fine PM, but it may operate as a universal carrier of a wide variety of chemicals of varying toxicity to the lungs, the body's major defence cells and possibly the systemic blood circulation. A reduction in exposure to PM2.5 containing BC and other combustion-related PM material for which BC is an indirect indicator should lead to a reduction in the health effects associated with PM.

[Traduction: ]Ce rapport présente les résultats d'un examen systématique des analyses établissant les effets sur la santé des particules de carbone pur. Les études épidémiologiques à court terme fournissent des éléments de preuve suffisants d'une association quotidienne (ou permanente) de la concentration particules de carbone en proportion des effets à court terme sur la santé (toutes causes confondues: mortalité cardio-vasculaire et hospitalisations pour maladies cardio-pulmonaires). Les analyse statistiques de cohorte fournissent des éléments de preuve suffisants sur les effets sanitaires à moyen et long termes des particules de carbone sur la mortalité pulmonaire et cardio-pulmonaire. Les études des effets à court terme sur la santé suggèrent quque le carbone particulaire est le meilleur indicateur des substances particulaires néfastes parmi les sources de combustion (particulièrement celles du trafic) dans la masse indifférenciée des particules, mais des preuves irréfutables résultant de l'analyse des études à long terme sont peu concluantes.
L'examen des résultats de toutes les études toxicologiques disponibles a suggéré que les particules de carbone ne peuvent pas être un composant toxique majeur de la Particule fine, mais il peut fonctionner comme transporteur d'une grande variété de produits chimiques à toxicité variable dans les poumons, dans les systèmes de défenses immunitaire et probablement dans la circulation du sang. Une réduction d'exposition aux PM2.5 à composante de carbone pure et à tout autre produit lié à la combustion des poussières particulaires, pour lesquels le carbone pur est un indicateur indirect, devrait conduire à une réduction des effets sur la santé des poussières.

Il est évident que non seulement les pompiers qui interviennent sur les feux de forêt sont exposés au monométhylmercure, surtout quand ils s'acharnent à éteindre les petits foyers attachés aux racines des arbres, mais encore aux particules de carbone non brûlées qui se sont échappées des incendies. Il peut d'ailleurs s'y ajouter, les produits chimiques retardants (souvent carcinogènes) et quelques autres constituants chimiques émis par la combustion des résines.

On va voir page suivante (les effets des VOC et des incendies forestiers) sont en réalité dévastateurs quant aux changement et réchauffement climatiques qu'ils génèrent. Avec un risque à court terme d'engendrer une alternance climatique sécheresse et incendies d'une part, et pluies et inondations d'autre part.

0phelia et sa traîne de sables du désert

F.- Vents de sable dans le sillage d'Ophélie (Ouragan)

Dans le sillage du hurrycane OPHELIA 15 et 16 octobre 2017 qui a longé 15 et 16 octobre 2017 les les côtes Française avant de se transformer en tempête tropicale, ou plutôt faut-il préciser sur la rive EST d'Ophélie, on a pu constater l'existence d'une vaste traineée jaune en forme de point d'interrogation au-dessus de nombreuses cités françaises, qui étaient enrichies des fumées et des cendres aspirées au-dessus des incendies survenus au même moment au Portugal et en Espagne.

La NASA a déjà démontré comment les ouragans et vents tropicaux soulevaient des nuages intenses de sables pour les rejeter sur les côtes Françaises et espagnoles. Dans le cas d'Ophélia, les vents de la rive Est de l'ouragan ont porté les sables et autres particules arrachés aux sols sahariens au-dessus de d'une bande de terre allant des Pyrénées au Cotentin. Tous les témoins de cet envahissement par le brouillard jaune ont également signalé que ce brouillard incluait l'odeur des feux de forêts qui avaient été aspirés par l'ouragan. Ce dernier a donc battu un brouillard agressif et collant chimiquement, incluant les cendres et le méthylmercure produit par les incendies de forêts ainsi que les produits chimiques retardants ou extincteurs des incendies qui sont biologiquement extrêmement dangereux.

Les poussières chariées par OPHELIA appartiennent aux PM 2,5 et PM 10.

La centrale électrique au charbon de Duisbourg

Cette centrale est implantée dans la Ruhr. Par le simple jeu de la rotation terrestre, ses fumées passent la frontière française.

G.- Effets des centrales thermiques au charbon de Duisbourg

Ces centrales émettent notamment des particules de carbone, de soufre et de mercure. Bien que des progrès aient été faits pour diminuer au maximum les particules notamment par des filtres électriques, elles sont réputées émettre encore beaucoup de pollutions. L'Allemagne qui dispose de fortes réserves de charbon a choisi de tirer partie de cette ressource minière plutôt que de recourir aux centrales nucléaires. Il faut dire que la croissance du coût du marché mondial de l'uranium est au moins aussi dissuasif que le coût d'entreposage des déchets rejetés par les centrales nucléaires.

Toutes les centrales de chaufferie collectives et les funerarium sont censées relever du même classement en matière de pollution étant entendu que leur puissance reste très inférieure à ce genre de centrale électrique qui s'intègre dans le réseau électrique européen. Il est évident que quand on dispose sur place d'une telle ressource, le coût de revient du kwh reste très bas et son exportation très rentable.

L'incinérateur thermique d'ordures ménagères d'Ivry-Paris XIII

Cet incinérateur doit être reconstruit pour un coût de 2 milliards d'Euros, selon le collectif 3R.

H.- Les incinérateurs thermiques d'ordures ménagères

L'homme du XXIème génère tout autant de détritus ou d'ordures que celui du siècle précédent à ceci près que la population mondiale s'est multipliée. Alors, quand il n'est pas possible d'enterrer ou de récupérer les ordures ou déchets résultant de notre civiliation, il faut bien se résoudre à les incinérer. C'est ainsi que de nombreux incinérateurs d'ordures ménagères poussent ou se renouvellent à proximité des grandes villes. En France, toutes les grandes villes et chef-lieux de département sont équipées d'incinérateurs de grande capacité qui doivent périodiquement être adaptés à l'évolution des normes techniques et sanitaires.

En effet, ces incinérateurs n'émettent pas seulement des émanations mercuriques, mais également des P.A.H (hydrocarbones aromatiques polycycliques) et leurs variante cyclopenta, en masse conséquente que l'on aura l'occasion d'étudier à part ultérieurement, auxquels il faut ajouter bon nombre de métaux lourds. Ces émissions peuvent durablement polluer les sources et les nappes phréatiques. Les P.A.H. et benzopyrènes, dont le monométhylmercure peut d'ailleurs faciliter ou accélérer la colonisation biologique des êtres vivants, sont classés carcinogènes de type 1, et sont réputés provoquer notamment des cancers de la moelle osseuse (en agissant sur l'apoptose cellulaire).

Ces installations font partie des installations classées pour la protection de l'environnement régies par les livres I et V du code de l'environnement. Depuis le 1er mars 2017 une ces installations donnent lieu à une seule autorisation environnementale unique (ou permis unique). Une recherche sommaire fait tout de même apparaître des difficultés de mise en route de la réforme votée en 2014 concernant les ICPE (Installations classées popur la protection de l'environnement). Mais on peut tout de même trouver une documentation classée par nomenclature sur le site de l'INERIS. Normalement, corps d'Inspection des installations classées a bien été créé mais son accès ne semble pas prévu pour le commun des mortels. On peut toutefois se documenter sur le site de l'ADEME incinération.

La réglementation est également régie par la directive 2012/18/UE du 4 juillet 2012, dite directive Seveso 3, qui a été publiée le 24 juillet 2012 au Journal officiel de l'Union européenne. En vigueur depuis le 1er juin 2015, elle remplace la directive Seveso 2.et concerne environ 10 000 établissements dans l'Union européenne, dont près de 1 200 en France.

H.- Les gaz d'échappement des moteurs thermiques

Les informations qui suivent concernent essentiellement la masse des moteurs automobiles): Telles sont les raisons pour lesquelles l'OMS, sous le sigle du Centre international de recherche contre le cancer (CICR) a émis le 12 juin 2012 le communiqué de presse n°213 classant cancérogènes les gaz d'échappement des moteurs Diesel qui évalue comme suit la carcinogénéité des gaz d'échappement des deux types de moteurs thermiques: «Les données scientifiques ont été examinées à la loupe par le Groupe de Travail qui a globalement conclu qu'il disposait d'indications suffisantes de la cancérogénicité pour l'homme des gaz d'échappement des moteurs Diesel. Le Groupe de Travail a constaté que les gaz d'échappement des moteurs Diesel provoquaient le cancer du poumon (indications suffisantes) et a également noté une association positive (indications limitées) à un risque accru de cancer de la vessie (Groupe 1). «Le Groupe de Travail a conclu que les gaz d'échappement des moteurs à essence étaient peut-être cancérogènes pour l'homme, un résultat qui demeure inchangé par rapport à l'évaluation précédente de 1989 (Groupe 2B).» Trouver que l'essence alimentant les moteurs thermiques est moins dangereuse que le gas-oil peut constituer une bizarrerie scientifique alors que que les résidus de combustion de l'essence sont six fois plus élevés que ceux du gas-oil et que l'essence comporte une part importante de toluène qui fait office de solvant pouvant traverser la barrière placentaire pour la fabrication de poussières particulaires PM2,5 et PM10 qui n'ont pas fait l'objet d'un inventaire précis. Les experts du CICR se sont en réalité fondés sur les positions et les expérimentations de l'OSHA (USA), qui font référence à des moteurs diesels particulièrement lourds (moteurs de locomotives, camions, équipements de chantiers de travaux, matériels militaires...) lesquelles n'ont rien à voir avec les moteurs thermiques des automobiles diesel européennes, et ce, alors que justement, les carburants européens respectent les normes européennes sont nettement moins polluants que les carburants US.

Toujours est-il que le communiqué n°213 de 2012, a été considéré comme pain béni par M. Hollande, de telle sorte qu'il lui a permis d'accroître notablement les taxes sur le gas-oil en augmentant les prélèvements sur la traite des «vaches à lait» que constituent les propriétaires de voitures diesel, sans pour autant d'ailleurs, réussir à abaisser le déficit chronique dont souffre l'Etat, ou si l'on préfère le contribuable.

Les améliorations apportées en Europe aux carburants de moteurs thermiques

C'est un fait que les réglements européens mis en oeuvre à partir de 2003 pour abaisser le niveau de pollution des carburants de moteurs thermiques semblent bien avoir porté leurs fruits. La bible des industriels de fabrication des carburants est constituée par un document intitulé Document de référence sur les meilleures techniques disponibles: Raffineries de pétrole et de gaz daté de Février 2003. En fait, cette référence est actualisée réellement en fonction des techniques disponibles sous le contrôle de la Commission européenne (2014/738/U): Décision d'exécution de la Commission du 9 octobre 2014 établissant les conclusions sur les meilleures techniques disponibles (MTD), au titre de la directive 2010/75/UE du Parlement européen et du Conseil relative aux émissions industrielles, pour le raffinage de pétrole et de gaz [notifiée sous le numéro C(2014) 7155] Texte présentant de l'intérêt pour l'EEE°.

On regrettera toutefois que la Directive 2010/75/UE du Parlement européen et du Conseil du 24 novembre 2010 relative aux émissions industrielles (prévention et réduction intégrées de la pollution) n'ait pas fixé de valeur limites pour les gaz à effet de serre, laissant le champ libre sur ce point à la Commission, qui ne semble pas vraiment vouloir en abuser.

Un nouveau traitement du brut breveté à base de thermolyse
Le règlement REACH (EC) No 552/2009 légifère l'enregistrement, l'évaluation, l'autorisation et la restriction des substances chimiques, et la création de l'Agence européenne des produits chimiques (ECHA), appelée à jouer un rôle central de coordination et d'exécution dans le processus global est manifestement une réussite. Son annexe XVII inclut plusieurs restrictions concernant le mercure.

L'action de l'ECHA, surveillée de très près par les organisations de défense de l'Environnement, s'est avérée efficace en particulier en ce qui concerne les entreprises pétrolières. Les améliorations ont visé à élever la qualité de l'essence et des carburants diesel:en ce qui concerne l'élémination du soufre et du plomb d'une part, et à diminuer sérieusement la teneur en mercure des carburants dans les raffineries. En principe et grâce à ce procédé, les carburants de moteurs thermiques européens, ne dépassent pas 1% de composés mercuriques (Avant le 1er juillet 2007, l'essence pouvait comporter jusqu'à 12% de composés mercuriques) sont de meilleure qualité que les carburants US, ce qui aurait pour effet d'invalider la surtaxation des carburants du gas-oil obtenue par une pure manipulation. Mais il ne faut pas se leurrer: cette amélioration ne vise que les carburants des automobiles et pas du tout les carbutants industriels de fuels lourds tous les types affichant un fort taux de mercure; carburants pour bateaux, centrales thermiques, cimenteries, centrales thermiques des ensembles résidentiels, centrales thermiques de brûlage des déchets, centrales électriques de secours... locomotives diesels, péniches...et même les colombariums.

Bref, on peut affirmer que l'on fait appel au porte-feuille des citoyens propriétaires de véhicules diesel sans sanctionner les vrais pollueurs. Un principe hélas très ancré dans la politique française, qu'il s'agisse de l'eau, de l'énergie ou de l'électricité...: c'est toujours le consommateur privé final qui trinque, ce qui constitue, autant pour le vrai producteur de polluant que pour l'Etat, une rente de situation et une sclérose des règles de compétitivité et des impératifs de la modernisation et de la santé publique.

V.- Les giga-pollutions engendrées par les jets-streams,
ou par leur disparition

La couche limite atmosphérique

La couche limite atmosphérique

La page web intitulée la couche limite atmosphérique est de loin la meilleure mine d'informations à propos de la structure de l'atmosphère terrestre qui se divise en plusieurs couches: la troposphère, la stratosphère, la mésophère et la thermophère (voir ci-contre). Cette page, qui livre des caractéristiques techniques détaillées résume très bien l'environnement aérien dans lequel nous vivons: «entre 0 et 12 km, se trouve la première couche : la troposphère. La température y décroît d'environ 7K/km, la pression est de 1 atm au niveau de la mer pour finir au sommet de la troposphère à environ 0,1 atm. Entre 12 et 50 km se situe la trastosphère, la température constante dans les premières couches (12 à 30 km) augmente ensuite jusqu'à 0°C à cause de l'absorption des UV par la couche d'ozone. La pression y décroit de 1/10 atm à environ 1/100. Entre 50 et 80 km se trouve la Mésophère. Au delà, se situe la thermophère.»

Ce qui nous intéresse plus particulièrement dans cette page c'est qu'elle fait figurer, outre les rayons ultra-violets, la réflexion du rayonnement solaire qui présente une importance particulière en ce qui concerne les jets-streams (et c'est volontairement que nous écrivons ce terme anglais au pluriel). Nous avons fait figurer en ajout la zone d'élection des jet streams en bas à droite de l'image.

Une autre page web, d'origine canadienne celle là, parait également essentielle pour comprendre le réchauffement climatique. Elle est consacrée à LA PHOTOCHIMIE ATMOSPHÉRIQUE et démontre, entre autres, que l'atmosphère terrestre de notre planète bleue n'est qu'un vaste laboratoire qui brasse, par les jet streams, et tente de digérer tous les déchets des industries chimiques et agricoles. On trouvera dans cette page, sur laquelle on reviendra, les réactions de destruction du méthylmercaptan... sans pour autant que l'auteur de la page ait poussé sa recherche jusqu'à l'explication des pluies de mercure (le methylmercure est en effet sensible aux UV qui peuvent le décomposer) bien qu'elle relève d'un processus de liaisons chimiques propres aux mercaptans. Il est également aussi logique que probable que la photochimie atmosphérique (sous l'influence des UV) ne se limite pas à la fabrication de COV mais qu'elle génère également des réactions exothermiques même au niveau des jets streams.
Les jet streams
Les jet streams sur la zone Nord-atlantique-Europe à la date du 17/O8/2017
Commentaires de netweather-TV:
The jet stream is shown in red at its strongest point fading to yellow at its weakest. The STJ is the area where the subtropical jet is flowing, the PJ is an area where the polar jet flows and the P&STJ shows where the jet streams have combined.

Les jet streams

Les CAT (Clear air turbulences)
engendrés par les jet streams
Commentaires: Figure 2.3 shows the geopotential at 300 hPa as narrow black isolines, the isotachs (in knots) of the jet as dashed isolines, the jet axis as a brownish line, and surface fronts. There is a strong polar jet with a length of 8000 km and a width of 1000 - 1500 km. The maximum of the wind velocity (jet streak or jet core) lies over southern Scandinavia and has a maximum velocity of 180 kt.(il s'agit d'unités de mesures radars spécifiques
Commentaires: The profile on the left represents a jet with strong vertical wind shear and a high risk for Clear Air Turbulence above and below the jet core (red area). Wind shear and the risk of CAT are smaller for the profile on the right. [DWD]
Commentaires: The profile on the left represents a jet with strong vertical wind shear and a high risk for clear air turbulence above and below the jet core (red area). Wind shear and the risk of CAT are smaller for the profile on the right. [DWD] [NASA]
Commentaires: You can see with the blue areas that CAT is strongest on the cold side of, above and underneath the jet core. In this area we have a combination of astrong gradient of isotachs and high wind velocity. On the cyclonic side of the jet axis you will find a lower tropopause with sinking dry air which could be of stratospheric origin. The border of the high cirrus clouds in the warm airmass and the lower clouds in the cold airmass will be a good indicator for the jet axis. You will find more examples in chapter III...
Les courants jets stream ont été découverts par les pilotes de strato forteresses pendant la 2ème guerre mondiale, qui ont constaté que leur avion pouvait faire du surplace quand ils étaient enfermés dans un courant jet, ce qui était forcément fort gênant et lorsqu'il s'agissait de bombarder une cible alors que leur viseur était réglé en fonction de leur vitesse et de la parabole censée être suivie par leurs bombes... (ce qui a provoqué de nombreux dégâts inutiles notamment en France). En fait, les courants jets séparent la troposphère (où la température décroît avec l'altitude) et la stratosphère (où la température croît avec l'altitude) oscillant entre 7 et 16 kilomètres au-dessus du niveau de la mer à la limite de la tropopause. Ces courants-jets; qui circulent d'ouest en est, ont plusieurs milliers de kilomètres de longueur et quelques centaines de large pour une épaisseur de quelques kilomètres. Leur vitesse (de 25 m/s, soit 90 km/h, à 100 m/s soit quelque 360 km/h, avec des pointes pouvant doubler cette vitesse) et leur potentiel sont engendrés par la rotation terrestre et par le réfléchissement du rayonnement thermique variable selon le survol des poles, des terres et des montagnes et de la mer.

L'organisation, qui a la meilleure connaissance des jet streams, est la NASA qui observe par satellite le phénomène et ses turbulences depuis fort longtemps. Il faut préciser que la connaissance parfaite des jet streams est indispensable aussi bien du point de vue de l'aviation civile que de l'aviation militaire et de la météorologie. A ce propos, la NASA, qui joue un rôle de formation essentielle dans l'histoire technologique de l'Humanité, a rendu publique sa méthode pour définir et interpréter ce qu'elle appelle le Clear Air Turbulence. Afin d'encourager les vocations des futurs pilotes civils ou militaires, nous résumons l'essentiel de cette page dans la colonne de droite ci-contre. Mais il y a beaucoup de matières à assimiler avant de maitriser l'utilisation de la radiodétection radar. Pour se faire une idée, ils peuvent consulter, outre le Clear Air Turbulence (CAT) et son quiz la page Determination of three - dimensional wind - vector fields using a bistatic Doppler radar network, par Friedrich_Katja.

Pour un défenseur de l'environnement, les jet streams apparaissent plus que jamais comme des éléments indispensables à la ventilation et à la purification de la troposphère. Pour les deux hémisphères, ce sont les éboueurs de la Troposphère. En souhaitant qu'ils ne se mettent pas en grève par suite du réchauffement climatique. Parce qu'alors, la troposphère et la terre deviendraient invivables.

La page WIKIPEDIA.fr consacrée aux courants-jets explique plus simplement le phénomène CAT: «le courant-jet instable (appelé courant-jet polaire décrit ci-avant par la NASA) se trouve entre la Cellule de Ferrel et la Cellule polaire. Ce courant-jet est associé au front polaire qui sépare la zone tempérée et la zone froide. Il est beaucoup plus irrégulier : en effet sa position change mais reste en moyenne à environ 60° de latitude et surtout sa direction (depuis ouest-est jusqu'à nord-sud). Les perturbations frontales qui affectent les latitudes moyennes sont associées au courant-jet étant donné que celui-ci sépare les masses d'air. Le courant-jet polaire est plus faible et plus régulier en été qu'en hiver car le contraste thermique entre les régions polaires et les régions équatoriales est plus élevé pendant la saison froide que pendant la saison chaude...
«Parfois les courants-jets polaires et subtropicaux se rejoignent à quelques endroits alors que la majeure partie du temps, ils sont bien séparés. La vitesse des vents varie en fonction du gradient horizontal de température, généralement au-dessus de 92 km/h mais elle peut atteindre près de 398 km/h. Les météorologues comprennent à présent que le trajet des courants-jets est devenu important pour les prévisions météorologiques.»
«Les courants-jets ont d'une manière générale deux configurations possibles qui déterminent leur trajet et leur vitesse : «Le flux zonal (le plus fréquent). Dans ce cas-ci, les jets circulent rapidement d'ouest en est en survolant une latitude pratiquement constante et les discontinuités se font rares. Les ondes qui composent les jets appelées ondes de Rossby ne sont pas très développées. En surface, les régions situées sous un jet seront sous l'influence d'un défilé ininterrompu de dépressions accompagnées de fronts qui s'écoulent vers l'est. C'est la raison pour laquelle les météorologues appellent souvent les jets, les « rails dépressionnaires ». «Le flux méridional (plus rare). Ici, les courants-jets circuleront lentement, voire pas du tout dans un axe nord-sud bien établi sur une latitude variable: les ondes de Rossby sont très bien développées. Ces situations sont souvent à l'origine de blocages de la circulation atmosphérique d'altitude lorsque les mouvements ondulatoires des jets possèdent une grande amplitude qui conduisent souvent à des événements climatiques exceptionnels voire extrêmes tel que des canicules, des sécheresses, des inondations ou encore des vagues de froid.»

Il est parfaitement possible de connaître la carte au jour le jour des jet streams en consultant le site Jetstream Forecast.

La surveillance des jet-streams est maintenant incluse dans la surveillance du réchauffement climatique. On peut en effet craindre que le réchauffement, qui affecte particulièrement les pôles et fait fondre les banquises, n'affecte, par la perte de rayonnement solaire absorbé par les eaux marines, une augmentation notable de la fréquence des blocages de la circulation des jet streams. Or, on va voir justement ci-après qu'il faut ajouter aux évènements climatiques exceptionnels, ci-avant évoqués, issus des blocages de la circulation atmosphérique, des nappes gigantesques de pollution engendrées par les activités humaines.

1.- Les subsidences dans la troposphère

On a vu comment les pluies de mercurecolonisent les zones subpolaires sous la forme d'ascendances traversant les jet streams à partir de la troposphère. Et bien le même phénomène pouvant être localisé, et beaucoup plus inquiétant, existe en sens inverse toujours à cause des jet-streams sous des conditions particulières impliquant simultanément le relief et les conditions météorologiques locales. On a donné le nom à ce phénomène celui de subsidence.

Reprenons à la base le phénomène des jet streams qui oscille en fonction du rayonnement solaire entre 7.000 m et 12.000 m d'altitude. En un point donné du globe, il est clair que la nuit les jets-streams des zones tempérées sont à leur altitude minumum et qu'ils atteignent leur altitude maximale lorsque le soleil est au zénith. En quelque sorte, les jet streams respirent en fonction de l'ensoleillement, et cette respiration constitue un moyen essentiel d'épurer, par brassage et exposition aux UV, la troposphère des pollutions qui y sont répandues aussi bien naturellement que du fait des activités humaines.

Mais les jet streams polaires sont eux mêmes sujets à des modifications peu prévisibles et, sous l'influence notammentde courants tropicaux ou sub tropîcaux, ils peuvent être sujets à un refroidissement local créant une rétractation de la troposphère dans laquelle l'air froid des jet streams s'engouffre en descendant et en créant localement une zone de haute pression qui pèse comme un couvercle sur les zones polluées plus chaudes emprisonnées localement dans les reliefs locaux. Cela peut créer:
  1. notamment en zones de montagnes des subsidences orographiques bien connues où elles peuvent restituer des pollutions (phénomène bien connus dans certains quartiers de Grenoble par exemple). voir encadré à droite
  2. de simples rafales descendantes qui créeront le cas échéant des pluies de grêlons et d'orages très localisés pouvant ravager les récoltes.
  3. sur une plus grande échelle la couverture de l'anticyclone local sera surmonté d'un couvercle qui va compacter brutalement la masse d'air chaud en provoquant une inversion de pression tout à fait locale. Si la zone est enclavée, par exemple comme dans la région parisienne et dès lors qu'il n'y a pas de vent, les pollutions qui dominaient dans les hauteurs de l'anticyclone vont être rabattues assez brutalement vers le sol. Comme analysé page précédente Exemple de pollution de PARIS par CAT: celui du 1er juillet 2003.
  4. Exemple de pollution de PARIS par CAT: celui du 1er juillet 2003.
    Photo de la pollution du 01/07/2003 recueillie sur le site de France Soir.
    <
    Commentaires: Sur la photo, on aperçoit parfaitement en bandes dégradées successives à partir de l'horizon, les couches supérieures des pollutions qui sont emprisonnées par la langue d'air froid d'un C.A.T.

    Exemple de pollution de PARIS par CAT: celui du 1er juillet 2003

    Le 1er juillet 2003, la situation météorologique à Paris et l'état de la pollution apparente se résume comme indiqué dans l'encadré ci-contre à droite.

    Il parait essentiel de rappeler qu'à cette époque les normes des carburants étaient différentes de ce qu'elles sont actuellement, notamment en ce qui concerne les BTEX. En particulier, l'essence pouvait comporter jusqu'à 12% de corps chimiques mercuriques et c'est l'Europe qui a imposé une limitation de ce pourcentage à compter du 1er juillet 2007. Il reste tout de même dans l'essence, même actuellement, un taux de de toluène important. Or, le toluène est un solvant des polluants chimiques très performant...

    Si l'on se replonge dans le scénario de cette journée, on constate que du fait de la quasi absence de vent, les deux cents mètres d'air au-dessus du sol sont confinés dans un volume relativement réduit délimité par les reliefs enserrant l'agglomération parisienne dans lequel se forment, entre autres, les polluants cités par Airparif. Mais il s'y exerce également sous l'action des UV une décomposition des produits mercuriques résultant des gaz d'échappement des moteurs thermiques à essence...

    Il est possible de rapprocher l'état du jet stream avec la photo de pollution de France Soir. La photo montre en effet au-dessus du Sacré-Coeur un véritable barrage de pollutions sur le plafond vraisemblable de 1500 m. qui n'est évaluable que par la perspective et la mesure de l'éloignement du Sacré Coeuer dont on devine à peine le contour. Un assombrissement progressif des couches hautes définissant le plafond des pollutions se manifeste au fur et à mesure que l'on se rapproche du Sacré Coeur. Il est certains que sous l'action des UV et du fait du manque de vent, les polluants sur Paris sont en plein travail...
    .
    Photo prise le 21/10/2000 depuis la navette spatiale STS-92 survolant l'Etat de New-York
    <
    Commentaires:La nappe des polluants semble s'étendre en perspective jusqu'aux contreforts des Montagnes Rocheuses, même par delà les Grands Lacs, ce qui lui confère un caractère tout à fait monstrueux.

    2.- Cas des nappes compactes créées par le blocage de la circulation atmosphérique

    Le 21 octobre 2000, alors que la navette spatiale STS-92 se trouvait au-dessus de l'Etat de New-York, l'équipage a surpris le paysage inscrit dans le cadre ci-contre à gauche, dont il a pris une photo. Que voit-on? Une masse nuageuse compacte, basse et stagnante s'étendant de la région des grands Lacs, et même des régions subpolaires qu'elle survole jusqu'au sud couvrant plusieurs états américains. Cette masse nuageuse, manifestement polluée, est alimentée par des fumées d'usines depuis l'Est des Etats-unis, qui sont révélées par les premiers rayons du soleil levant. Il est très clair que la masse de nuages stagnante la plus basse est constituée de polluants qui s'étendent très loin vers le sud des Etats-Unis et que l'on est bien en présence d'un flux méridional clouant sur place ce nuage amassant toutes les pollutions produites par les activités humaines.

    Cette situation peut également se produire sur l'Europe et sur la France et sur ce point, on est surpris de constater qu'il n'existe pas d'archive européenne, ni d'organismes européens de contrôle, comme si des pollutions de grande ampleur issues le plus souvent de l'Europe du Nord ne relevaient pas du domaine de l'économie européenne et que Bruxelles s'était délié de toute responsabilité sur la lutte contre les pollutions industrielles en l"abandonnant aux Etats.

    Pour prendre conscience du problème, il faut se référer à une édition du Parisien du 25 janvier 2017 qui a courageusement publié une carte européenne des pollutions aux PM10,5 que l'on peut consulter dans le cadre ci-contre à droite sous le titre Le nuage de particules fines est d'une ampleur exceptionnelle:
    Extrait de l'Edition WEB du Parisien du 25/01/2017

    Demandez la recette des pollutions!

    «Prenez un froid polaire et un vent aux abonnés absents, ajoutez-y un énorme anticyclone. Et vous obtenez un «épisode de pollution exceptionnel par son ampleur» à l'échelle de l'Europe. D'après les experts de l'Institut national de l'environnement industriel et des risques (Ineris) qui viennent d'étudier à la loupe la qualité de l'atmosphère sur le continent, la pollution aux particules fines qui affecte une grande partie de la France touche aussi le sud du Royaume-Uni, la Belgique, les Pays-Bas, l'Allemagne et plusieurs pays d'Europe centrale...
    «Cette situation devrait perdurer jusqu'à vendredi, où les prévisionnistes attendent une dégradation du temps qui favorisera la dispersion des particules. « Mais, pour l'heure, c'est comme si toute une partie de l'Europe était sous un couvercle de pollution, précise Laurence Rouïl, responsable des modélisations à l'Ineris. Piégé près du sol par un phénomène d'inversion thermique, le cocktail de polluants issu du trafic routier, de l'industrie, du chauffage résidentiel et de l'agriculture se diffuse horizontalement. » Aucun pays ne semble épargné. « Dans le grand Londres, on constate les mêmes niveaux de concentration de particules qu'en région parisienne », explique Laurence Rouïl. Chez nos voisins aussi, des mesures de limitation de vitesse sont imposées et on encourage la population à limiter le chauffage au bois...»

    L'expression «comme un couvercle» colle parfaitement avec la situation du jet stream que le flux méridional cloue sur place et dont la masse froide pèse effectivement comme un couvercle sur la nuée compacte des polluants. Mais il y a pire!: Comme cette masse absorbe le rayonnement solaire et empêche tout réflexion vers la tropopause, cette situation va perdurer pendant plusieurs jours durant lesquels la concentration des polluants va s'accroitre considérablement. En Europe, la question qui se pose alors est de déterminer qui, de l'Europe en tant que structure politique ou des Etats pollués détient l'autorité pour contraindre les pollueurs à cesser simultanément leurs activités industrielles pour cause de pollution?
    <
    Historique des pollutions de la France du 16 au 27/01/2017
    dont Bulletin météo du 15/01/2017
    (Cliquer sur le lien pour en prendre connaissance)
    On notera que les cartes de ces pollutions sont limitées aux seules PM10 (ozone, dioxyde d'azote, autres particules dont les COV) et PM2,5 (sur lesquelles on dispose de peu d'indications). En outre, les chiffres donnés sont en principe des pollutions calculées en moyenne quadratique. Les pollutions effectivement subies localement peuvent être différentes et plus prononcées à un instant donné.

    La gestion des giga pollutions en France et pas en Europe

    Que s'est-il passé au juste en France? Apparremment, il n'est pas facile de trouver des archives officielles sur le sujet des pollutions. Néanmoins, on a pu procéder à une reconstitution qui n'est pas dénuée d'intérêt. Pour comprendre la question et à quel point la pollution est liée au réchauffement climatique, il suffit de prendre connaissance de la carte météo du 15 janvier 2017, date à laquelle des mesures particulières ont justement été mises en oeuvre dans la région parisienne.

    Les prévisions météo du 15/01/2017, importées depuis les données finlandaises, sont très claires. Outre un refroidissement plus vif et plus clair, on peut constater aux quatre coins de l'Europe des zone de basses pressions anticycloniques marquées L (pour Low) entre lesquelles se forme un marais barométrique d'une surface inhabituelle. Au coeur de l'Europe, on se trouve donc en réalité très exactement dans le cas de figure d'un blocage de la circulation atmosphérique qui transforme la stagnation de la masse froide du jet stream en couvercle de cocotte minute concentrant toutes les pollutions émanant des activités humaines en dessous!... Et l'on peut s'étonner à juste titre que ni l'Europe, ni les autorités françaises ne disent la vérité à ce sujet alors que l'esprit de la Constitution française inclut la Charte de l'Environnement.

    Toujours est-il que, justement, c'est à partir du 15 janvier 2017 que sont entrées en vigueur diverses mesures restrictives de circulation en région parisienne; qui se sont étendues à plusieurs villes de province, qu'est entré en vigueur un arrêté interpréfectoral du 6 décembre 2016 qui impose notamment:
    1. outre la mise en oeuvre de la circulation alternée,
    2. l'interdiction du brûlage des sous-produits agricoles,
    3. le contournement par la francilienne des véhicules poids lourd en transit est obligatoire,
    4. l'interdiction du chauffage individuel au bois (à foyer ouvert, les foyers fermés restant en principe autorisés).
    5. la réduction de la vitesse de 20 km/h en Ile de France.
    6. la limitation de circulation définie par la vignette Crit'air.
    7. L'administration préfectorale se réservant le droit d'imposer des prescriptions particulières quant aux autorisations d'exploitation des ICPE (installations classées en vue de la protection de l'environnement).
    En contrepartie, la mairie de Paris accorde l'usage gratuit des velib et des parkings (qui bénéficie toujours au premier arrivé).

    Il reste que l'on se demande pourquoi tous les états européens, et notamment ceux du nord de l'Europe, plongés dans la même situation ne prennent pas de dispostions aussi drastiques, alors que la rotation terrestre fait normalement dériver bon nombre de leurs polluants sur la France. Il manque une réponse européenne à cette situation alors que justement la Dépêche observait le 24 janvier 2017:
    «Paris, Londres, Budapest, Cracovie... L'Europe faisait face mardi à un pic de pollution qui poussait les autorités à prendre des mesures pour limiter la circulation automobile et l'utilisation des moyens de chauffage les plus polluants. L'épisode de pollution, qui a débuté vendredi, est "exceptionnel par son ampleur géographique", selon l'Institut national (français) de l'environnement industriel et des risques. Il touche une grande partie de la France mais aussi l'Europe de l'Ouest (Benelux, Royaume-Uni, Allemagne) et plusieurs pays d'Europe centrale.»

    Parce que la triste réalité est que ces situations qui ressortissent du réchauffement climatique, et notamment du réchauffement des poles qui engendrent des marais barométriques anticycloniques dans les latitudes moyennes, vont, non seulement perdurer dans l'avenir, mais voir accroire et leur fréquence et leur emprise (ou surface). Alors, il semble anormale que Bruxelles et les Etats se désintérressent de la question et imputent pour l'essentiel, comme on le fait en France, aux seuls véhicules automobiles diesels et à leurs conducteurs une situation qui doit être en réalité à la charge du réchauffement climatique.
    L'impact en température de la canicule 2003
    (Cliquer sur le lien agrandir la carte
    Commentaire de la NASA à propos de la carte de la Canicule Europe: Europe is experiencing a historic heat wave that has been responsible for at least 3,000 deaths in France alone. Compared to July 2001, temperatures in July 2003 were sizzling. This image shows the differences in day time land surface temperatures collected in the two years by the Moderate Resolution Imaging Spectroradiometer (MODIS) on NASA's Terra satellite. A blanket of deep red across southern and eastern France (left of image center) shows where temperatures were 10 degrees Celsius (18 degrees Fahrenheit) hotter this summer. White areas show where temperatures were similar, and blue shows where temperatures were cooler in 2003 than 2001
    -->

    Page précédente

    Page suivante







    dernière mise à jour le 25/08/2017.